Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 juillet 2010 6 17 /07 /juillet /2010 13:47

Une lueur au fond de l’âme

Absente depuis bien trop longtemps

Un regard qui rallume la flamme

Un sourire qui fait cogner mon sang

 

Et enfin l’espoir renaît

Celui d’une vie loin du triste

Jeter au loin tous les regrets

Tous ces rêves illusionnistes

 

Un nouvel ange m’éclaire

A me sortir de l’ombre

Sa main sur mes paupières

D’un futur moins sombre

 

Une lueur au fond des yeux

Ouvre sur un nouveau monde

D’un horizon sous mille feux

Qui se révolte à la Fronde

 

Et mon cœur bourgeonne de soleil

Un printemps sous une éternité d’hiver

Le rossignol s’en va chanter haut dans le ciel

Pour crier la renaissance de l’amour sincère

 

Un nouvel ange illumine

Jusqu’à l’antre de mon âme

Et de mon sang dessine

A l’éternel, ma flamme

Repost 0
Published by Wan
commenter cet article
21 juin 2010 1 21 /06 /juin /2010 23:41

The bells have rang from eternity

My needles indicate it’s time for me

A deep voice is whispering in my brain

The one that will break all my chains

 

The storm in my heart will be replaced

I’m gonna fly forever in the entire space

I’ll never come back to my darkest hours

Nothing will ever taste so sour

 

It was a hard way but it’s gone

I feel the breathe of twilight

It was a hard way to find freedom

My revenge under my sight

Repost 0
Published by Wan
commenter cet article
14 juin 2010 1 14 /06 /juin /2010 10:40

 

Je doute de la vie et de ce qu’elle m’apporte

De déroutes en défis elle titube ivre morte

L’injustice des années au bonheur d’un instant

Des milices croisées sous les cris de l’enfant

 

Est-ce que çà en vaut vraiment la peine ?

De finir les veines ouvertes

Quand le rideau tombe sur la scène

On ne compte même plus les pertes

 

Je doute de l’amour qui te prend et te laisse

Des routes qui t’entourent, te mordent et te blessent

Des chemins traversés qui te mènent aux étoiles

Pour mieux te laisser tomber quand elles mettront les voiles

 

Est-ce que çà en vaut vraiment la peine ?

De se battre à cœur ouvert

Qu’est-ce qu’il y a sous les « je t’aime » ?

Une part d’ombre sous la lumière

 

Oui je doute de ce futur qui me tend les bras

Pour m’attirer dans ses ramures et m’emmener au plus bas

Sur que la confiance a depuis longtemps pris la poudre

Pour trop d’ecchymoses je pense, trop de cicatrices à recoudre

 

Est-ce que çà valait vraiment ma peine ?

Ces années d’espoir et de vie

Quand le triste et le mal nous enchaînent

Ils soufflent nos cendres à l’infini

Repost 0
Published by Wan
commenter cet article
14 juin 2010 1 14 /06 /juin /2010 10:39

Les rêves s’estompent dans les travers du temps

Je sais qu’ils nous trompent, nous, pauvres âmes d’enfant

Il n’y a pas de honte à se noyer dans l’océan

Quand il vient de la fonte de nos âmes et nos sangs

 

La moitié d’un cœur peut faire battre le ciel

Si les secondes sont des heures et les siècles éternels

Mais les nuages de douleur reflètent une vie sans dentelles

Suspendue aux épines des fleurs quand le mal nous appelle

Repost 0
Published by Wan
commenter cet article
7 juin 2010 1 07 /06 /juin /2010 14:09

Qui a cru que pleurer éloignait la douleur

A chaque larme qui coule et qui fend nos yeux

A chaque marée de sel c’est un morceau de cœur

Qui s’arrache de nos êtres, à qui il faut dire adieu

 

Pour tous les torrents qui roulent sur nos joues

Jusqu’au bord des falaises qui ferment le visage

Une descente suicidaire d’un bonheur qui s’échoue

Quand la vie n’est plus qu’ombre sous un ciel d’orage

 

Qui a cru qu’hurler à la mort, éloignait les maux

Même si le son sort, les sorts sont souvent inégaux

On peut envoyer aux vents, au loin, tous nos mots

Si personne ne les entend, pas d’oreille pour faire écho

 

Pour tous les tapages nocturnes, que les gorges ont criés

Tous les cris qui, sur la lune, ont trouvé un cratère où s’échouer

Même si cela fait du bien, c’est vrai, on ne peut que l’avouer

On sait tous qu’à la fin, l’illusion va s’estomper

Repost 0
Published by Wan
commenter cet article
7 juin 2010 1 07 /06 /juin /2010 12:00

Toi

Toi, avec qui j’échange

Par l’intermédiaire des mots

Les choses qui dérangent

Mes avis et tous mes maux

 

Toi, avec qui je partage

Ces flots rouges de douleur

Pour éviter le naufrage

Dans l’ombre de mon cœur

 

Toi, qui comprends

L’importance des lettres

Qui, portées par les vents

Soulagent mon être

 

Toi, qui as su saisir

Par tes cordes magnifiques

Le triste et les rires

Quand nos larmes nous quittent

 

Toi, qui m’as donné l’espoir

Et l’envie de tout écrire

A l’infini de mes soirs

  De mon sang, à en mourir

 

Toi, à qui j’aimerais donner

La force de tout construire

Des rêves pour l’éternité

Des nuits sous les sourires

 

Je ne suis plus seul

Sous ta musique

Je me sens moins seul

Quand ta voix m’explique

 

Mes mots sur une feuille

Pour un ange qui récite

Nos joies et nos deuils

Ta musique les abrite

Repost 0
Published by Wan
commenter cet article
31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 22:11

Depuis l’éternité de ton absence

Moi je ne dors que d’un œil

Au cas où l’une de tes danses

Comme aux vents tourne la feuille

Mène ton être à l’insouciance

De cette douleur qui me cueille

 

Oh oui, danse

Au rythme des larmes de mes rêves

Vas-y, transe

Que coule le pourpre de mes lèvres

 

La nuit se dévoile sous la lune

Moi je ne dors que sur une oreille

Au cas où l’une de tes dunes

Chanterait cet amour merveille

Qui te dirait qu’il n’y en a qu’une

Pour m’enlever à ce sommeil

 

Oh oui, danse

Au rythme des larmes de mes rêves

Vas-y, transe

Que coule le pourpre de mes lèvres

 

Je ne sais plus si je dors

Tellement mes jours sont devenus sombres

Suis-je vivant ou mort ?

Je ne vois même plus mon ombre

Ne reste que mon être qui déplore

Ma triste chute sous tes décombres

 

Oh oui, danse

Fais tourner ma tête sous l’ivresse

Vas-y, lance

Mon âme au loin sous la détresse

Repost 0
Published by Wan
commenter cet article
7 mai 2010 5 07 /05 /mai /2010 18:50

Mon existence brûle à petit feu

Condamnée à n’être plus personne

L’indifférence rime sous tes yeux

Aux vents pourpres de mon automne

 

Non, je ne suis plus personne

Un être aux vents de l’oubli

Oui, tu m’abandonnes

A moi les orages infinis

 

Aux verts pâturages des plaines

Ton désert règne à jamais

De tes blessures et mes peines

Coulent des torrents d’un avenir abstrait

 

Au milieu des foules qui clament

Mon royaume est solitude

Et si l’amour n’est pas une arme

Il tue quand même les certitudes

Repost 0
Published by Wan
commenter cet article
6 mai 2010 4 06 /05 /mai /2010 22:36

J’ai du triste accroché à l’âme

Des marées à remplir les poumons

Une douleur résistant aux flammes

Un ciel de vagues pour unique horizon

 

J'ai des larmes suspendues aux yeux

Qui creusent aux joues des rivières

Pour dire aux amours mes adieux

Et mener mon âme aux enfers

 

J’ai la mélancolie de la fin de l’âge

La sagesse infinie du vieux

Cette vie qui colle à ce cœur sauvage

Aux innocents désirs de l’amoureux

 

J’ai le goût du manque au fond de la bouche

Sur le bout de la langue les mots inaccessibles

La pale couleur d’un soleil qui se couche

Au crépuscule d’un sentiment irréversible

 

J’ai la vie en seul désespoir

Pour accompagner ces verres qui me font mal

Les seuls à écouter mon insignifiante histoire

Une promenade en un cœur sans pétales

 

J’ai du triste à l’âme

L’envie de mourir au fond des yeux

Par la corde ou par les flammes

Connaître ce vide mystérieux

Repost 0
Published by Wan
commenter cet article
4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 19:48

Définitivement mort

Je suis mort de peur à l’idée de ne plus jamais te revoir

Sur un visage sans couleurs se referment les chemins de l’espoir

Je ne suis plus Homme, je ne fais plus partie de l’Histoire

Je ne suis plus que la somme de millénaires dans le noir

 

Définitivement mort

Je suis mort de chagrin dans tes bras qui me serrent

Le seul endroit où je suis bien jusqu’à ne plus trouver d’air

Mais mes larmes ne cessent que sous tes baisers éphémères

Mais ton amour me blesse à déchirer ma chair

 

Définitivement mort

Je voudrais être mort, mais d’une mort définitive

Pour savoir que j’ai tort de partir à la dérive

Dis-moi qui a envoyé ces funestes missives

Pour changer les idées de ces jouissances naïves

 

Définitivement mort

Mais je suis mort d‘amour et c’est bien là ma veine

A de sombres discours résonnent mes poèmes

Une mort de douleur mais qui nous laisse en vie

Pour apprendre de nos heures le sadisme de la vie

Pour apprendre de nos heures la souffrance infinie

Repost 0
Published by Wan
commenter cet article

Présentation

Recherche